Sortir des déserts médicaux en Afrique grâce à des consultations dématérialisées

Dans beaucoup de pays d’Afrique Subsaharienne, les médecins spécialisés sont concentrés dans les capitales en au dépens des zones rurales ou reculées. Dans ces régions-là, même si des médecins ou des infirmiers tiennent un centre médical, peu de personness’y rendent car le manque de spécialistes sur place pour interpréter les résultats des analyses contraint le patient à se rendre dans des capitales régionales afin de pouvoir se faire soigner. Or cela représente un coût financier que peu de patients de ces zones-là peuvent supporter et ne se font finalement pas soigner. C’est notamment pour ces raisons que les centres médicaux en zones rurales sont peu fréquentés.

 

Cheick Oumar Bagayoko, un ancien étudiant en médecine et un passionné d’informatique a trouvé une solution au désert médical en créant un logiciel puis une application de télémédecine appelée Bogou (qui signifie entraide en langues djerman et songhaï, parlées au Niger et au Mali). Cette application permet aux médecins exerçant dans les zones rurales de communiquer et d’envoyer des photos à des groupes de discussions constitués de médecins spécialistes provenant de huit pays africains qui interprètent les résultats ou apportent un diagnostic au plus vite. Par exemple, un médecin présent dans une zone rurale peut envoyer une échographie ainsi que les données du patient à des gynécologues afin d’assurer à distance le suivi d’une grossesse. Cela permet donc aux patients d’être pris en charge et de pouvoir être soignés directement sur place et rapidement, et ce pour le prix d’une consultation normale. Ainsi, une augmentation de la fréquentation des centres médicaux locaux a pu être observéeau Mali, passant de 8% de la population à 35% de la population rurale, ce qui contribue à motiver les médecins en zone rurales qui font parfois face à des difficultés financières du fait du manque de fréquentation de l’infrastructure.

Actuellement, une utilisation par SMS du service est en train d’être développée afin que même les zones les plus isolées où il n’y a pas de connexion internet puissent bénéficier de cet outil. De plus, le personnel de santé peut parfois, notamment au Mali avoir accès à une formation sur l’utilisation de Bogou. Cheick Oumar Bagayoko a gagné le prix rfi santé ce qui lui a permis d’avoir plus de fonds pour développer son application qui propose maintenant des petites formations pour aider les infirmiers à utiliser le matériel médical, le tout disponible en quatre langues.

 

Delphine Hosking, 7 janvier 2019

Posted in culture et sociétés, go to culture.